Un peu d’histoire autour de la technologie streaming

Cette nouvelle technologie fournissant un flux continu de données, est incontournable pour de nombreuses raisons. Du point de vue du consommateur, elle implique un gain de temps puisqu’il n’est pas nécessaire de télécharger d’abord un fichier, puis de l’écouter ou le regarder. De même, les utilisateurs n’ont plus à gérer de grandes quantités de données et d’espace sur leur disque dur, puisqu’il n’y a pas de données à télécharger et à sauvegarder en tant que telles. Du point de vue des producteurs de contenu vidéo, le streaming offre également de grandes possibilités car les retransmissions en direct d’événements, ne nécessite pas de fichier à télécharger, il est donc difficile pour la plupart des utilisateurs de sauvegarder du contenu et de le distribuer illégalement.

Le streaming à le vent en poupe

Le streaming est une technologie relativement récente, car la connexion Internet devait être suffisamment rapide pour afficher les données en temps réel. Pour minimiser ce problème, les ordinateurs stockent un “tampon” de données déjà reçues. En cas de coupure, la mémoire tampon s’épuise pendant un certain temps, mais la vidéo n’est pas interrompue. Le streaming est devenu très courant grâce à la popularité des stations de radio sur internet et de divers services audio et vidéo à la demande, notamment Spotify, Soundcloud, YouTube ou encore Netflix et Amazon Prime. Si le streaming s’est d’abord imposé dans le secteur de la musique, les revenus du streaming musical ayant généré 3 milliards d’euros à la fin de 2014, le streaming fait actuellement une percée phénoménale dans l’espace de distribution et de consommation de vidéos en ligne.

Streaming vidéo : les aspects techniques

La technologie du streaming vidéo a parcouru un long chemin : le groupe le plus important, bien sûr, est constitué par les fournisseurs de technologie de streaming eux-mêmes, qui choisissent les technologies et les services à intégrer dans leurs plateformes. Il s’agit notamment d’Apple, qui fournit QuickTime ainsi que la technologie basée sur HTML5 pour les appareils iOS ; Adobe avec Flash ; et Microsoft avec Windows Media et Silverlight. Aux premiers jours du streaming, les plateformes de lecture les plus pertinentes étaient les ordinateurs sous Windows et iOS.

Si Apple et Microsoft conservent une influence considérable, les plates-formes informatiques ont tendance à être plus ouvertes que les appareils mobiles, alors que ces derniers constituent le segment des spectateurs de médias en continu qui connaît la croissance la plus rapide. Étant donné qu’Apple possède à la fois une plateforme (iDevices) et un système d’exploitation (iOS) très populaires, elle conserve le pouvoir absolu de contrôler les normes adoptées par les appareils Apple. Les autres influenceurs mobiles se répartissent généralement entre les fournisseurs de matériel (comme LG, Samsung, Motorola, Nokia et HTC) et les fournisseurs de systèmes d’exploitation mobiles comme Google (Android) et Microsoft (Windows Phone).

Les fournisseurs de médias en continu, tels que les plates-formes vidéo en ligne (“OVP”) (qui sont des services productifs permettant aux utilisateurs de télécharger, convertir, stocker et lire des contenus vidéo sur Internet, souvent via une solution structurée, évolutive et monétisable) et les sites de contenu généré par les utilisateurs (“sites UGC”), influencent également l’adoption des technologies de diffusion en continu. Par exemple, bien que Microsoft ait lancé Silverlight en 2007, il n’a été pris en charge par aucun OVP avant 2010, ce qui a freiné son adoption. En revanche, des OVP comme Brightcove et Kaltura, et des sites  comme YouTube et Vimeo ont été parmi les premiers à prendre en charge l’iPad et le HTML5, ce qui a accéléré leur adoption.