Sylvie Andrieux

Une femme hors du commun !

Après le Vélib’ et l’Autolib’, la Mairie de Paris s’apprête à lancer le Scootlib’, un procédé de location publique de scooters. Cette mesure a été adoptée par le Conseil de Paris sous l’impulsion du Parti radical de gauche.

Scootlib-paris

Le Scootlib’ : un dispositif de plus pour lutter pour le désengorgement de la circulation et protéger l’environnement

Selon une étude menée par le Syndicat des transports de l’Ile-de-France (STIF), la région Ile-de-France aurait été le témoin d’un accroissement de 34% de scooters en dix ans.

La politique menée par le maire de Paris Bertrand Delanoë en matière de transports publics et de réforme de la voirie porte ses fruits. Plébiscité pour la mise en place du désormais fameux Vélib’, puis après l’introduction de l’Autolib’, c’est donc aux scooters que la capitale souhaite la bienvenue.

L’introduction de ce nouveau mode de transport suscite des inquiétudes et des réticences comparables à celles qui ont précédé la mise en place du Vélib’ puis de l’Autolib’, notamment la question de savoir quels aménagements vont être faits pour doter les scooters de suffisamment d’espaces de stationnement. Concernant l’assurance du scooter, le coût est compris dans la location, un vrai plus quand on connait les prix du marché.

Le Scootlib’ vise à s’adapter au mieux à l’évolution des profils des Parisiens et des enjeux de la circulation dans la capitale. Il s’agit de mieux répartir la voirie entre les différents modes de transports possibles et de limiter la progression de la circulation automobile. Pour ce faire, la mise en place de scooters partagés pourrait être secondée par d’autres types d’initiatives, comme celle de faire circuler les métros toute la nuit ou bien de développer de nouveaux dispositifs de transports, comme les téléphériques.

scooter electrique